Rechercher un modèle, une marque, une course...

Courir en musique

La musique adoucit les mœurs selon l’adage bien connu. Mais quels sont ses effets sur le mental, la motivation et les performances du coureur à pied ? Avis de Runners vous dit tout sur les effets de la musique en course à pied et sur les précautions à prendre.

courir-en-musique

Les effets de la musique sur nous

La musique influence notre état d’esprit. Elle a ce pouvoir d’améliorer voire même de changer notre humeur. Elle peut être relaxante ou au contraire dynamisante et s’adapte à toutes les activités que nous pratiquons, de la lecture à la pratique sportive. En faisant correspondre le rythme de la musique (son tempo) avec l’activité, elle peut décupler le plaisir lié à la pratique de cette activité.

Courir en musique a un effet sur les performances

Selon plusieurs études scientifiques, la musique peut avoir un impact positif sur les performances sportives. En diminuant jusqu’à 12% la perception de la fatigue et de l’effort, elle en augmente sa tolérance et va jusqu’à masquer les douleurs causées par la course à pied. Ainsi selon le professeur Costas Karageorghis*, on pourrait noter une amélioration des performances de 15%. Lors d’une étude** menée en 2006 en Angleterre sur 20 hommes de 20 ans courant le 400 mètres au sprint, les chercheurs ont mis en évidence l'action bénéfique de la musique sur les performances des sprinteurs.

Quel rythme choisir pour vos entrainements ?

Courir en rythme consiste à accorder le tempo de la musique à votre vitesse de course afin de soutenir les efforts. Selon votre entrainement, vous opterez pour des chansons avec un battement par minute (BPM) inférieur ou supérieur. Plus le BPM est élevé, plus le rythme sera rapide. Préparez-vous donc une série de playlist pour courir s’adaptant à vos différentes sessions running (allant de l’endurance fondamentale au fractionné). Et surtout, choisissez des musiques que vous aimez écouter !

Mieux récupérer grâce à la musique

La musique va aussi vous aider durant votre phase de récupération. Pour le retour au calme, choisissez une musique lente qui calmera votre corps et fera redescendre votre rythme cardiaque. Quand en plus on sait que les musiques calmes permettent le déclenchement d’endorphines, vous serez en plein shoot de bonheur après votre course !

Courir en musique : oui mais pas tout le temps !

Courir en musique peut rapidement devenir addictif et vous pouvez ne plus envisager une session ou une course sans vos écouteurs vissés à vos oreilles. Pourtant il est judicieux de couper le son dans certains cas. Si vous courrez en groupe ou avec un entraîneur, mettez votre musique de côté afin de participer aux discussions, de bénéficier des conseils et de l’ambiance du groupe.
De même lors des compétitions, imprégnez-vous de l’ambiance, souvent festive, qui règne sur le parcours. Courir sans musique vous permettra ainsi de bénéficier des encouragements des spectateurs.
Si vous courrez en ville ou dans un environnement sonore ou encore dans un lieu très isolé, même si la tentation est grande de pousser le volume de votre musique, il est préférable de n’en rien faire au risque de vous isoler du mode extérieur et de ses dangers (bruits de circulation, klaxons, agresseur…).

Courir en musique est-il un produit dopant ?

Au vu des études scientifiques sur l’amélioration des performances et la diminution des perceptions des douleurs et de l’effort, la musique apparaît comme une aide non négligeable dans la course à pied. C’est en tout cas l’avis de la FFA qui a inscrit au printemps 2016 à son règlement l’interdiction de courir en musique sur les courses hors stade (10 km, semi, marathon, trail) : « Le Règlement Sportif de la FFA n’autorise pas les aides apportées aux athlètes en compétition, que ce soit par utilisation de certains matériels (règle F144.2 (b), prohibant radio, lecteur de cassette ou cd, téléphone portable ou équipement similaire), ou en ayant recours à un ou des accompagnateurs. Les podomètres ou GPS ne sont pas considérés comme une aide. ». Exit la musique donc pour près de 60% des coureurs qui jugent que la musique rompt la monotonie de l’effort solitaire, la FFA estimant que le coup de boost apporté par une playlist running serait assimilable à du dopage. La question se pose néanmoins de savoir comment la FFA va pouvoir faire respecter ce règlement : en disqualifiant tous les runners avec un casque sur les oreilles ?

Courir en musique influence notre mental, agit sur nos allures et notre rythme cardiaque. Selon l’effet recherché (stimulant ou apaisant), on choisira une chanson pour courir dont le tempo est plus ou moins rapide. Le choix de la musique pour courir est donc particulièrement important au risque de se retrouver avec l’effet inverse ! Bon pour nos performances, il serait dommage de se priver de ce compagnon de route. Attention cependant à ne pas mettre le volume trop élevé et à ne pas devenir dépendant de la musique : courrez de temps en temps sans pour profiter de l’environnement.

 

* Universitaire britannique

**The effects of synchronous music on 400-m sprint performance, D. Stuart, Simpson, I. Costas, Karageorghis, 2006

 

Article publié le 11/07/2016

Postez un commentaire sur cet article

Vous souhaitez réagir à cet article? Inscrivez vous sur AvisDeRunners en 2 minutes!